Les étapes d'une acquisition sereine !

Le lieu pour échanger sur toutes les montures ! (Mustang, Shelby, Ford...)
Répondre
Avatar du membre
Olive74
Messages : 219
Enregistré le : jeu. 17 déc. 2020 16:24
Localisation : 74 Annecy

Les étapes d'une acquisition sereine !

Message par Olive74 »

Bienvenue, très bonne idée pour la mustang :)
Un petit mémo qui commence à dater et sur un autre forum mais qui donne pas mal d'indication :

Phase 1: La recherche
Surtout ne vous emballez pas!!!

Apprenez tout d’abord à connaître cette voiture que vous désirez tant.
Commencez par vous documenter par le biais de la presse automobile tels les magazines Nitro, V8, Auto-rétro et tout autre canard traitant de l’automobile de collection. Cette presse fait assez régulièrement des articles sur les Mustang… N’hésitez surtout pas à vous les procurer (voire aussi la rubrique littérature).
Rendez vous également aux concentrations des clubs Mustang, et aussi plus généralement aux meetings d’américaines… Là non plus n’hésitez pas à discuter avec les propriétaires que vous pourriez rencontrer ! Ils seront sûrement ravis de pouvoir vous renseigner si cela est demandé poliment, bien sûr. Lors de ces manifestations il y a souvent une mustang à vendre. Même si le modèle n’est pas celui qui vous fait vibrer, profitez-en pour y jeter un œil et regarder l’état général de la voiture… Histoire de vous faire une opinion.

Une fois ces infos en votre possession, faites le point sur le ou les modèles sur lesquels vous avez craqué ( cabriolet, hardtop ou fastback), la motorisation (6 en ligne, V8 289, 390, 428 … ) la transmission (manuelle ou automatique), les options… et ce que vous voulez faire avec la voiture : la restaurer ou rouler sans problèmes tout de suite !
Avec tous ces paramètres établissez vous un budget en rapport avec vos moyens, mais tout de même réaliste, ne cherchez pas une cabrio en excellent état pour 5000 euros, vous ne le trouverez pas !!!

Renseignez vous également sur le prix des pièces les plus courantes à changer, comme les freins, les pneus, les amortisseurs…
Veillez aussi de disposer également d’un local assez grand pour pouvoir garer la voiture et se déplacer autour… Ne riez pas, plus d’un propriétaire d’américaine s’est rendu compte –trop tard- que leur garage était trop petit !! (Les ouvertures de portières sont larges, très larges...) Frustration garantie !!! Mais avant de passer aux choses sérieuses, quelques petites infos afin de vous aider dans votre choix …

- Une mustang équipée du moteur 6 cylindres en ligne est certes un peu moins chères à l’achat qu’une 8 cylindres 289CI, mais l’agrément de conduite est moindre et les économie de carburant ne sont pas significatives, de manière générale, préférez une V8.

- Le V8 289CI est un des moteurs les plus fiables et un des plus répandus aussi au sein de la gamme Ford. Son coup d’entretien est moindre si on le compare aux autres V8 390 et 428CI, à l’architecture plus complexe…

- D’une façon générale, privilégiez une voiture très saine sur le plan de la carrosserie, même si le moteur est un peu fatigué… Ce cas de figure vous reviendra moins cher une fois tout remis en état… Le métier de carrossier ne s’improvise pas et les heures de travail s’accumulent plus vite qu’on ne le pense… Le prix des pièces carrosserie aussi.

- Essayez de dénicher une mustang d’origine française, vendue officiellement par Ford France à l'époque, plutôt qu’un modèle importé des States plus récemment. Les mustang américaines ont souvent des compteurs beaucoup plus chargé en kilomètres que leurs homologues européennes. De plus il est courant que les soi-disantes restaurations d’outre atlantique s’apparentent plus à des remises en états à la va-vite à grand renfort de tôle rivetée et de mastic, les voitures étant ensuite expédiées sur notre continent une fois repeintes… généralement d’un rouge éclatant.

- Ne comptez pas faire des économies en partant d’une épave à refaire entièrement.

- Il vaut mieux acheter une voiture déjà restaurée si on veut à tout prix éviter de coûteuses opérations.

Maintenant que vous avez tous ces conseils en poche, vous pouvez vous ruez sur les petites annonces de la presse spécialisée.

Phase 2: La visite, les points à contrôler
Ça y est vous avez dégoté une annonce alléchante, vous avez pris rendez-vous et vous êtes maintenant devant la voiture .

Voici les différents points à contrôler concernant la carrosserie, les trains roulants, le moteur, l’habitacle, la carte grise et les plaques constructeur.

1) La carrosserie :
D’une façon générale, méfiez vous des peintures neuves qui peuvent servir de cache misère. Pensez à amener avec vous un petit aimant afin de déceler une éventuelle réparation faite à grand renfort de fibre de verre, résine et mastic.
Ceci est particulièrement vrai dans le cas d’une voiture importée des USA, pensez y.

Commencez par faire le tour de la voiture en vérifiant les jeux et les alignement de tous les éléments de carrosserie (ailes avants, capot, portes, coffre), ainsi que la présence et le bon état des insignes et des baguettes décoratives. Gardez à l’esprit que tout ce qui brille n’est pas de l’or, mais en a souvent le prix ! Chercher d’éventuels raccord de peinture ou différence de teinte entre 2 éléments voisins.

Après ce rapide coup d’œil, voici les points où concentrer votre attention :

A l’extérieur :
- La partie basse des ailes avant. La boue s’y accumule, favorisant la corrosion.
- Le bas des portes, l’eau de pluie y stagne souvent, vérifiez que les trous d’évacuation remplissent bien leur fonction, ainsi que l’absence de rouille.
- Les bas de caisse : même remarque que précédemment.
- Les entourages de pare-brise et de lunette arrière pour les hardtops et les fastbacks. Pour les cabrios, le bon état et le bon fonctionnement de la capote, ainsi que l’état du bac dans lequel elle vient se loger.
ATTENTION : remettre en état un mécanisme complet de capote coûte une petite fortune, ce point est donc particulièrement important !!

En ouvrant le capot :
- Jetez un œil à la jonction entre les ailes et la caisse, là où sont les boulons.
- Les longerons, peu sujets à la rouille, ils ne doivent surtout pas présenter de faux plis ou quoi que ce soit de douteux.
- Le bac de batterie, généralement rongé par la rouille, mais se change facilement pour un prix somme tout correct (enfin un).

En ouvrant le coffre :
N’hésitez pas à soulever les moquettes si elles sont encore présentes.
Faites attention à l’état des planchers du coffre de chaque cotés du réservoir d’essence, et particulièrement aux retours verticaux qui font la jonction avec le fond des ailes. Il serait étonnant que vous n’y trouviez aucune trace de rouille !

De l’intérieur :
- Penchez vous de manière à pouvoir contrôler le dessous de tableau de bord.
Sur la gauche et la droite, se trouve les cheminées d’aération, sur lesquelles sont boulonnées les boites de ventilation. L’état de ces cheminées est très important car elles sont particulièrement difficile à changer. Il faut soit dessouder le tableau de bord, soit la baie de pare-brise. Le test idéal pour voir si la tôle est percé par la rouille est un peu barbare mais presque infaillible : versez une bassine d’eau par la grille de ventilation située entre le capot et le pare-brise. Si de l’eau coule à l’intérieur de la voiture… beaucoup de frais en perspective…
- Soulevez les moquettes pour voir l’état général des planchers, souvent rouillés en surface mais cependant rarement complètement pourris.

Les soubassements :
Là il n’y a pas 36 façons de vérifier. Ou on met les voiture sur un pont élévateur, ou bien on se décide à se salir un peu et on se couche dessous.
Si besoin, mettez un coté de la Stang sur des chandelles, ou en mettant 2 rouez sur un trottoir. Mais NE VOUS GLISSEZ JAMAIS SOUS UNE VOITURE SIMPLEMENT TENUE PAR UN CRIC !!!! Pensez à votre sécurité !! Ici, on les préfère vivants les mustangers !!!
Une fois dessous recherchez toutes traces de déformation, ou de corrosion, et particulier au niveau des points d’ancrage du pont arrière, indispensable si vous ne voulez pas que votre future acquisition roule en crabe !

2) Les trains roulants :
Le train avant
- Inspectez en détails le train avant, pas mal sollicité par le poids de la mécanique et par celui des années, essayez d’évaluer l’efficacité les amortisseurs : mettez tout votre poids sur un coin de la voiture et relâchez brusquement. La voiture doit pas tanguer plus de 2 fois si ils sont bons.
- Regardez l’état général des silentblocs, ils ne doivent pas présenter de craquelures. S’ils sont d’origine, ils faudra sûrement envisager de les changer.
- Regarder l’état des graisseurs afin de voir s’ils sont régulièrement utilisés.
- Si possible, levez les roues avants et essayez de les faire bouger dans tous les sens afin en vue de détecter tout jeux anormal.
- La liaison pivot entre le triangle supérieur et la caisse ne doit pas avoir de jeu, même si je vous l’accorde cette vérification est délicate.
- N’oubliez pas de vérifier aussi les rotules.
- Essayez d’évaluer du jeu dans la direction, mais gardez à l’esprit qu’il s’agit d’une conception ancienne… Vous ne pouvez pas comparer avec une voiture actuelle, un léger flottement est normal est inévitable !
- Un rapide coup d’œil aux pneus afin de vérifier leur usure vous renseignera vite sur le type de conduite du propriétaire ainsi que sur un mauvais réglage éventuel.

Le train arrière
- Levez les roues et contrôlez la aussi l’absence de jeu excessif, dans les roulements et dans le différentiel.
- Si la voiture est équipée d’un pont autobloquant, vérifiez sont fonctionnement : enclenchez une vitesse (boite manuelle) ou bloquez l’arbre de transmission comme vous le pourrez (boite auto) et essayez de faire tourner une roue à la main. Si vous y arrivez sans forcer, envisagez la réfection de l’autobloquant.

3) Le moteur :
D’une façon générale, méfiez vous des moteurs qui viennent juste d’être refaits de fond en comble et qui n’ont encore pas roulé. Ça peut vous paraître absurde, mais un bloc mal remonté est susceptible de serrer rapidement, parfois avant même d’avoir fait 1000km. Il vaut mieux avoir un bon moteur d’origine qu’un mauvais moteur « neuf ».
Pensez à vérifier les niveaux, à froid et aussi a regarder la couleur des liquides moteurs : huile brune et pas noire, liquide de refroidissement vert, bleu et non marron rouille… Vérifiez aussi l’absence de trace d’huile dans le circuit de refroidissement, l’inverse étant valable aussi.
Inspectez aussi l’état des durites et si il y a des traces de fuites d’huile… Mais inspecter un moteur à froid n’est pas suffisant !

4) L’habitacle :
Là aussi, tout comme vous l’avez fait pour la carrosserie, vérifiez que tout est complet. Testez chaque bouton, chaque comodo, le chauffage.
Regarder l’état général de la sellerie, ainsi que le bon fonctionnement des mécanisme de réglage et de basculement des sièges.
Inspectez l’état des moquettes, du ciel de toit, de la console centrale si la voiture en est équipée, bref, inspectez tout !

5) L’essai:
Il est temps d’aller faire un essai routier… qui doit durer une demie heure environ, afin que le moteur arrive bien à sa température de fonctionnement normale, voire même une petite surchauffe si le circuit de refroidissement n’est pas en bon état.
Pour commencer, laissez le proprio prendre le volant.
Contact : Vraoummm !!!
Le moteur démarre à merveille, c’est parti !

Observez bien le style de conduite du propriétaire, il en dit long sur la façon dont a été traité la mustang. Si il met les gaz dès le début, passez votre chemin. Demandez par la suite à prendre le volant, c’est le seul moyen de pour vous de connaître l’efficacité des freins, ou d’évaluer le jeu de la direction. C’est une étape primordiale pour évaluer la voiture et on ne doit pas vous la refuser ! Au besoin, insistez.

Ça y est l’essai est fini et vous ramenez la bête au garage… celui du vendeur bien sûr. Laisser le moteur, descendez ouvrir le capot et essayez de déceler éventuel bruit suspect qui ne se serait pas manifesté a froid

6) Après l’essai:
Demandez à voir la carte grise et vérifiez bien que les numéros de série correspondent bien à ceux frappés sur le véhicule, pensez aussi à les noter à quelque part.
Demander à voir les factures, c’est le meilleur moyen de se rendre compte si l’entretien a été suivi ou non.
Discutez aussi avec le vendeur afin de savoir pour quelle(s) raison(s) il se sépare de la voiture.

De retour à la maison, vérifiez que les numéros de séries correspondent bien à la voiture que vous êtes allez voir !!!


Surtout n'hésite pas à te faire accompagner de quelqu'un du club par exemple ou de poser des questions.
Bonne recherche
Coupé 66 avec de temps en temps une Baillou de 65 - Boss 302 de 70 Blue - Boss 302 de 70 Gold - Epave 67

Répondre

Retourner vers « Parlons Mustang »